Bien que cette étude soit l’une des étapes les plus importantes de la création de votre entreprise VTC, elle ne sera vue qu’en surface.
Chaque business plan est personnel. Il est le reflet d’une société et doit être établi en fonction de stratégies propres à chacun.
Toutes les données qui y figurent sont l’aboutissement d’une recherche approfondie. Les résultats chiffrés devront être cohérents et justifiables.
Faire le copier / coller d’une étude récupérée auprès d’autrui a aussi peu de sens que l’envoi d’un courrier type pioché sur le net, pour tenir lieu de lettre de motivation à un éventuel emploi.
Toutefois, rien ne vous empêche de vous inspirer d’un modèle sur sa forme, mais son fond vous incombera.

Avant de vous lancer dans la lecture de cet article, assurez-vous d’avoir lu le premier article de cette série :
CE QU’IL FAUT SAVOIR AVANT DE SE LANCER DANS LE VTC

Vous travaillez exclusivement avec les plateformes :

Vous êtes un prestataire et cette étude du business plan VTC concerne vos donneurs d’ordres, elle n’est pas essentielle pour vous dans sa globalité.
Le point intéressant à connaître est le calcul du seuil de rentabilité.

Pour ceux qui apportent un financement personnel pour lancer leur activité, la rédaction d’un BP est facultative puisqu’ils n’ont pas de banquiers ou de partenaires à convaincre.

Quand à ceux qui auront contracté un financement, le business plan VTC est indispensable pour convaincre leurs créanciers et établir un prévisionnel.

Vous travaillez avec une clientèle privée ou mixte (privée / plateforme) :

Vous devrez établir votre business plan VTC et le personnaliser selon la clientèle ciblée, vos objectifs chiffrés, votre évolution sur 3 ans etc…
Sa rédaction vous permettra d’établir votre prévisionnel, connaître votre rentabilité et convaincre vos créanciers.

N’espérez pas un détachement complet des plateformes dès vos débuts.
Se constituer une clientèle et un planning chargé demande du temps et vous serez amenés à vos débuts à travailler avec les plateformes. Cela vous permettra de combler les trous de votre planning ou vous éviter un retour à vide.

1- LE PORTEUR DU PROJET

Dans cette rubrique il s’agit de convaincre que vous êtes faits pour ce métier.
Mettez en avant vos atouts et compétences qui pourraient être en lien avec la profession.
Si vous avez une expérience professionnelle qui pourrait avoir des similitudes avec l’activité, n’hésitez pas à le préciser ou intégrer votre CV.

2- L’ÉTUDE DE MARCHÉ

Les 4 segments principaux qui seront à développer sont :

– Le marché
– La demande
– L’offre
– Son environnement

3- MON SERVICE, LA CONCURRENCE ET MA STRATÉGIE MARKETING

Vous détaillerez la prestation proposée et expliquer ce que vous apportez de plus que la concurrence.
Deux questions devront vous tarauder et motiver vos écrits :

Pourquoi le client me sélectionnera plutôt qu’un concurrent ?
Comment me démarquer ?

Vous devez également réfléchir aux différents moyens de communication pour vous faire connaître.

4- LES PRÉVISIONS FINANCIÈRES

a) Les besoins :

Cette partie regroupe tous les coûts nécessaires à vos investissements et besoins ( achat véhicule, création de site internet, téléphonie etc…).
Mais également votre besoin en fond de roulement.

b) Les ressources financières :

Il s’agit là de toutes les ressources qui couvriraient vos besoins et assureraient le bon fonctionnement de l’entreprise.
Elles peuvent être externes (financement) ou internes (autofinancement).

c) Le prévisionnel :

Il comprend 3 volets et se prévoit sur les 3 premières années de l’activité :

– Compte de résultat :

Il permet de déterminer la richesse produite ou perdue sur un laps de temps déterminé.

– Plan de financement :

C’est le baromètre de l’entreprise, il détermine l’équilibre du projet et permet de connaître nos encaissements (ressources) et nos décaissements (besoins)

– Trésorerie :

Elle permet d’analyser la situation de l’entreprise, de s’assurer de la viabilité d’un projet et que l’entreprise ne génère pas de déficits bancaires récurrents.

Quelques éclaircissements :

Tous ces chiffres seront avant tout basés sur une prévision et sont de ce fait faillibles.
Toutefois il est bon de s’y référer tout au long de son activité et voir la cohérence entre la réalité du terrain et les chiffres envisagés.

Pour faire évoluer une entreprise, on doit toujours se remettre en question :
Mes résultats sont en deçà de mon prévisionnel : POURQUOI cette situation ??
Mes résultats sont au delà de mon prévisionnel : POURQUOI cette situation ??

Ce questionnement permet de comprendre ses insuffisances afin d’y remédier et / ou ses points forts et les préserver / améliorer.
On peut ainsi mener plus facilement notre barque.

5- LA STRUCTURE JURIDIQUE

Cette décision doit être mûrement réfléchie et ne pas être prise à là légère.
L’erreur que beaucoup commettent est de s’inspirer du choix d’un ami chauffeur.
Ce qui peut être avantageux pour l’un, ne l’est pas forcément pour l’autre.
Chacun a une situation personnelle, familiale ainsi que des objectifs différents et cela peut influer sur le choix ou non d’un statut d’entreprise.
N’hésitez pas à vous faire aider d’un comptable.

6- LES ANNEXES

Cette partie comporte tous les documents que vous jugerez nécessaires et en lien avec l’activité.
Bien que ce soit une rubrique « fourre-tout », veillez à gardez une cohérence avec le projet.

Le survol du business plan est terminée. Il faut savoir que cette étude est malléable et qu’elle peut évoluer selon l’entreprise ou le profil du porteur du projet.
Pour convaincre vos lecteurs, rendez sa lecture agréable en aérant les textes et privilégiez la qualité à la quantité.
Si vous rencontrez des difficultés à le rédiger, n’hésitez pas à vous faire aider par un organisme ou un comptable.

Points importants :

– Le calcul de son seuil de rentabilité :
Ce repère permet de savoir à partir de quel moment on est rentable et rectifier certains tirs (choix du véhicule, réductions de charges…)

– Calcul du Coût de Revient kilométrique :
Le connaître est indispensable pour vendre une prestation à un client.
N’oubliez pas d’y inclure votre retour à vide lors du calcul de la marge et insérer la TVA.
Votre tarif doit s’aligner à ceux proposés par la concurrence.

Les charges fixes doivent être mises en perspectives des CA de la période creuse.
Vous avez donc tout intérêt à connaître la saisonnalité de l’activité et ses creux.
Les charges doivent être facilement épongés par votre CA durant toute l’année et pas seulement lors des pics d’activité.
Sans cela, vous risquez de devoir puiser dans votre trésorerie lors des faibles revenus et fragiliserez votre société.

Anticiper l’achat du prochain véhicule par le biais de provisions mensuelles :
Nos voitures sont avant tout un outil de travail et nous les sur-sollicitons. Elles vieillissent vite et nous serons amenés à les renouveler rapidement si on espère pouvoir en tirer un revenu à la vente.

– Le chiffre qui ressort de l’expérience des chauffeurs plateformes et peut aider à la constitution d’un prévisionnel, c’est le CA horaire.
Ce chiffre est indispensable, sa moyenne est de 20€/heure hors commission. De ce montant reste encore à déduire toutes les charges inhérentes à l’activité.
Ce CA est celui d’avant la crise du covid-19 et concerne les véhicules entrée de gamme.

Si après avoir étudié le Business Plan du VTC vous êtes toujours disposés à poursuivre l’aventure, alors rendez vous à la prochaine étape :

L’ EXAMEN VTC

Vous pouvez également consulter la multitude de discussions traitant du Business Plan VTC sur le forum Uberzone