Les «voitures volantes» d’Uber pourraient arriver à Los Angeles d’ici 2020 et voici ce que cela va donner

Le projet de «voiture volante» d’Uber, en partenariat avec la NASA est revenu sur le devant de la scène aujourd’hui avec un certain nombre d’annonces clés sur l’endroit où il apparaîtra pour la première fois, sur les personnes qui y travailleront et sur l’avenir de ce service futuriste.

Dans un discours au Web Summit à Lisbonne aujourd’hui, le chef de produit d’Uber, Jeff Holden, a annoncé que la compagnie ajoute une troisième ville, Los Angeles, à sa liste d’endroits où elle espère piloter son service de taxi aérien d’ici 2020. LA rejoint Dallas -Fort Worth et Dubaï, les villes annoncées pour travailler avec Uber sur le programme.

Holden a ajouté qu’Uber a conclu avec la NASA un “accord sur l’espace aérien  pour créer un tout nouveau système de contrôle aérien pour gérer ces avions à basse altitude, probablement des aéroports autonomes. Uber a dévoilé une vidéo palpitante pour démontrer à quoi ressemblerait ce futur service de taxi aérien en mettant en scène une mère de famille quittant son travail pour rejoindre ses enfants.

Comme vous pouvez le voir sur la vidéo, tout est très utopique. Un passager réserve le vol via son application Uber, puis monte vers un «aire de décollage» sur le toit d’un bâtiment voisin. Elle passe un tourniquet à l’aide de son smartphone – la sécurité est inexistante dans cette vision futuriste et est brièvement pesée pour s’assurer qu’elle n’est pas trop corpulente pour les taxis volants d’Uber.

Des agents souriants portant des casques, des lunettes protectrices et des gilets Uber l’amènent, ainsi que plusieurs autres passagers, à traverser le toit vers leur avion en attente, qui semble être un hybride avion-hélicoptère avec des ailes fixes et des hélices inclinées. Malgré la présence de ces lames tourbillonnantes, les cheveux des personnes ne bougent pas du tout. Pendant le vol, elle regarde par la fenêtre avec pitié toutes les pauvres âmes coincées dans la circulation au-dessous et se rappelle la circulation dans ses uber X qui d’habitude la ramenait chez elle. Pendant son vol à travers les nuages; elle pense ​​à sa famille magnifique et parfaite l’attendant à la maison. Le slogan de clôture: “Plus proche que vous ne le pensez“.

Proche à quel point ? Uber a d’abord présenté son plan de co-avionnage dans un livre blanc l’année dernière, mais le projet reste confronté à des obstacles importants. Le type d’avion qu’Uber envisage de transporter, des passagers de toit à toit, autonomie, avec la possibilité de décoller et atterrir verticalement (aussi connu comme VTOL, prononcé vee-tol) – n’existe pas encore, ni l’infrastructure pour soutenir un tel véhicule. Les experts suggèrent que les obstacles techniques et réglementaires empêcheront probablement les voitures volantes de décoller de façon significative.

Ce qui ne veut pas dire que les voitures volantes n’ont pas d’avenir. Au moins 19 entreprises développent des plans de voitures volantes. Parmi celles-ci figurent des fabricants historiques tels que Boeing et Airbus, ainsi que de petites start-up comme Kitty Hawk, propriété du fondateur de Google, Larry Page. Pendant ce temps, Uber a fait des progrès significatifs en s’associant à une poignée de fabricants d’avions, de sociétés immobilières et de régulateurs pour améliorer ses chances de développer un service de taxi volant à la demande entièrement fonctionnel. Il a tenu une conférence d’une journée sur le projet à Dallas en avril. Et Holden dit plus d’alliances, en particulier avec les fabricants, seront annoncées à l’avenir.

Dans une interview, Holden a fait valoir que même sans un produit encore effectif, Uber Air est en effet plus proche que beaucoup de gens ne le pensent. « Il y a eu beaucoup de progrès qui ont été difficiles à voir de l’extérieur, car une bonne partie de ce travail est un travail acharné dans les bureaux d’études», dit-il.

“Nous nous sentons vraiment bien. Cela a été un processus très intéressant d’aligner nos partenaires de fabrication de véhicules sur les spécifications de performance, de sorte qu’ils construisent des véhicules qui correspondent à ce dont nous avons besoin pour réussir le projet Uber Air. Donc, beaucoup de bons progrès ont été réalisés”

Faire équipe avec la NASA est une belle opportunité pour Uber. Tout d’abord, cela permet à l’entreprise de vanter aux sceptiques l’approbation de l’agence spatiale hautement considérée . Il codifie également la participation d’Uber au projet de gestion de la circulation sans équipage (UTM) de la NASA, qui a été introduit en 2015 pour réguler le trafic de drones.

Holden a déclaré que Uber ne devrait pas attendre 2020 avant de commencer à tester les choses réellement. La compagnie vise à exploiter une flotte d’hélicoptères volant à basse altitude autour de l’aéroport de Dallas-Fort Worth, tout en travaillant avec les contrôleurs aériens pour ne pas empiéter sur leurs trajectoires de vol, ceci afin de tester le système de gestion du traffic sans équipage (UTM) de la NASA.

L’accord n’impliquera aucun transfert d’argent, mais il permettra à Uber et à la NASA d’échanger de la technologie et de l’expertise. La compagnie ride-hail a déjà piqué Mark Moore, un vétéran de la NASA et expert VTOL, pour aider à exécuter son projet Uber Air.

De passage à Los Angeles, Holden a déclaré que la décision d’étendre le projet de taxi volant d’Uber à la ville de l’embouteillage perpétuel était une décision naturelle. “C’est l’une des villes les plus encombrées du monde aujourd’hui”, a-t-il déclaré. “Ils n’ont essentiellement pas d’infrastructure de transport en commun. Ce type d’approche nous permet de déployer de manière très peu coûteuse une méthode de transport en commun qui ne fait pas empirer le trafic.”

Paris aussi est une ville très embouteillée et pourrait bien être une des premières villes européennes à accueillir le projet Uber Air

Les représentants élus de la ville de LA ont approuvé, bien qu’Uber indique qu’il organisera quand même des réunions avec les différents acteurs concernés, pour entendre les préoccupations des résidents concernant le bruit, la pollution et l’accès. Tout comme il l’a fait à Dallas et à Dubaï, Uber a signé un accord avec un propriétaire local, Sandstone Properties, pour développer des rampes de lancement sur le toit de ses avions VTOL. La compagnie prédit qu’un voyage en voiture d’une heure et demie de LAX au Staples Center pourrait prendre moins de 30 minutes en utilisant une combinaison de voitures volantes et de voitures ordinaires.

“LA est le terrain d’essai parfait pour cette nouvelle technologie, et je suis impatient de la voir grandir dans les années à venir”, a déclaré le maire Eric Garcetti dans une déclaration fournie par Uber.

Le public se demande si un système VTOL urbain apporterait une contribution appréciable à un système de transport de nouvelle génération, ou s’il s’agirait simplement d’un service destiné aux très riches pour éviter la circulation au quotidien. Holden a fait saloir que si c’était le cas, Uber ne poursuivrait pas ce projet.

“Ce n’est pas l’objectif d’Uber”, a-t-il ajouté. “Si nous faisons cela, sachez que nous allons obtenir des prix très bas.”

Holden prédit même que les tarifs seront si bas qu’il sera effectivement moins cher de voler avec Uber que de posséder son propre véhicule. Et si cela vous semble familier, c’est parce que la mission de l’entreprise est depuis longtemps d’aboutir à la fin de la propriété des véhicules personnels. Un service de taxi aérien ne serait qu’un autre outil dans la boîte à outils Uber.

Il y a beaucoup de sceptiques qui disent que les projets de voitures volantes et en particulier les avions électriques, ne valent pas la peine d’être poursuivis. Ils se demandent si les passagers hésiteraient à monter à bord d’un véhicule autonome. «Évidemment, j’aime les choses volantes», a récemment déclaré Elon Musk à Bloomberg. “Mais il m’est difficile d’imaginer que la voiture volante devienne une solution d’avenir.” Il a également dit qu’il serait inquiet à propos des objets tombant du ciel et tuant quelqu’un. Mais Holden a rejeté les propos de Musk en les taxant de “déclaration aléatoire…”

“Nous avons étudié cela très attentivement et nous pensons que c’est l’avenir”, a déclaré Holden. “Nous avons travaillé dur pour que nous puissions construire des aéroports héliports, et nous pouvons à terme obtenir le débit opérationnel pour déplacer des dizaines de milliers de vols par jour et par ville.”

Quand vous prenez du recul et regardez ce que propose Uber, c’est vraiment stupéfiant. Des dizaines de milliers de vols par jour. Un avion électrique et autonome qui bourdonne de toit en toit. Des voyages qui coûtent environ 20 $. C’est une pensée plutôt utopique !! La piste n’est pas encore dégagée, mais Uber est convaincu que sa route sera libre de toute turbulence.