Il sera plus facile de choisir des options, mais à quel prix?

L’idée de pouvoir mettre à jour le système d’info-divertissement de votre voiture a peut-être semblé être une bonne idée quand elle a été introduite il y a près d’une décennie. Les constructeurs automobiles ont progressivement introduit des systèmes d’exploitation évolutifs et des voitures avec Wi-Fi, certains comme Tesla allant jusqu’à introduire des mises à jour distantes pour ajouter des fonctionnalités et améliorer les temps de réponse sans que les propriétaires aient à se rendre au service après-vente.

Mais avec toute les commodités que cela a apporté, les voitures connectées risquent de changer notre façon de consommer les fonctionnalités dans les voitures. Alors qu’il y avait souvent un prix de base et une liste d’équipements optionnels que vous pourriez ajouter à une nouvelle voiture, les propriétaires peuvent avoir à payer des abonnements mensuels ou annuels pour conserver certaines options. Et la frontière entre l’équipement de série et en option n’est pas encore totalement défini.

BMW a déclaré à la semaine dernière au Salon de l’automobile à Détroit que la société rendrait Apple CarPlay disponible via un service d’abonnement à partir de ses modèles 2019. Il serait inclus sur les nouvelles voitures pour la première année et serait ensuite disponible aux propriétaires pour 80 $ par année, plutôt que les frais uniques de 300 $ actuellement.

Cela permettra au client de changer d’appareil », a déclaré Don Smith, directeur des produits technologiques de BMW en Amérique du Nord, la semaine dernière. “Beaucoup de gens achètent [CarPlay] et apprécient, mais parfois ils arrêtent de l’utiliser ou passent à Android.”

À première vue, l’idée permettrait aux clients d’essayer une option avant de s’engager à l’acheter – Payer un supplément pour des options telles que les sièges chauffants ou la technologie d’auto-stationnement est possible. Mais à quel prix? Les clients qui décident de ne pas renouveler leurs abonnements à certains services superficiels qui ne leur paraissent pas indispensables n’auront pas l’impression de passer à coté de quelque chose de crucial, mais qu’en est-il si cela s’étend à un équipement plus essentiel ?

Le logiciel DRM est le prochain système de monétisation à bord des véhicules, comme BMW proposant Apple CarPlay “, explique Colin Bird, analyste senior chez IHS Markit.

“Cela est possible grâce à la production croissante permettant la reprogrammation des mises à jour en direct. “Les services basés sur des logiciels comme celui-ci sont très lucratifs pour les constructeurs car les marges sont beaucoup plus élevées dans les logiciels.”

Selon IHS, le marché de ces services par abonnement pour les voitures devrait atteindre 20 milliards de dollars d’ici 2023 , avec des marges brutes prévues de l’ordre de 20 à 30% par rapport aux ventes de véhicules neufs qui n’ont pratiquement aucune marge. Fondamentalement, c’est un pari gagnant-gagnant pour les constructeurs automobiles qui ont compris que l’addiction aux smartphones permettent clairement de vendre facilement ce genre de système dans les véhicules.

Bird dit qu’IHS prévoit déjà qu’il y aura 7 millions de véhicules sur la route avec des systèmes d’info-divertissement, qui incluent des systèmes de navigation évolutifs dans le tableau de bord et des applications qui peuvent être ajoutées pour commander votre café, par exemple. Et comme plusieurs constructeurs comme Audi et Volvo ont ajoutés des hotspots Wi-Fi aux voitures et  des applications pour le stationnement, la musique et la vidéo en streaming, n’arrivons nous pas à un point où les voitures pourraient posséder des options à la seule condition qu’on y a souscrit via notre abonnement mensuel ?

Cela permettra aux constructeurs automobiles traditionnels de faire des mises à jour fonctionnelles semblables à celles que l’on voit chez Tesla. On pourra ainsi via son abonnement  activer certaines options comme le pilotage automatique ou d’autres options d’autonomie.

Tesla a ajouté et supprimé des fonctionnalités allant des essuie-glaces automatiques sur le modèle 3 à la fonctionnalité de pilotage automatique par le biais de mises à jour en direct. Les propriétaires qui acceptent les mises à jour en direct peuvent décider quand ils veulent mettre à jour, puis être alertés quand de nouvelles fonctionnalités sont disponibles ou qu’elles cessent de fonctionner. C’est le chemin que les constructeurs automobiles tels que BMW veulent emprunter car les voitures et les gens sont de plus en plus connectés. Mais le succés avec Apple CarPlay est du à BMW avec qui le système à débuté et qui a été en mesure d’amener ses clients à dépenser des sommes considérables pour des équipements optionnels. L’époque ou BMW facturait des options comme le régulateur de vitesse, les sièges arrière rabattables sur une série 3 de 35000€ est révolue, cependant ils continuent de facturer CarPlay alors que de nombreux constructeurs même de luxe l’incluent de série dans le prix de base.

Il n’est pas nécessaire d’être mathématicien pour réaliser qu’une solution comme CarPlay basée sur l’abonnement est moins chère pendant les premières années de possession d’un véhicule. BMW sortira gagnant à chaque fois ». Michael Harley, analyste exécutif chez Kelley Blue Book , dit :

«La plupart des propriétaires conserveront leur véhicule plus de trois ans, et les propriétaires suivants seront également obligés de s’abonner à l’interface mobile», dit-il. “Au lieu de gagner un prix initial fixe pour CarPlay, BMW gagnera davantage pendant la durée de vie du véhicule, sachant que le prix pourrait augmenter pour le consommateur au fil des ans.”

Les clients de BMW sont plus susceptibles de louer leurs véhicules (leasing avec option d’achat), ce qui en théorie est moins cher que le coût total de CarPlay s’ils louent pour une période moyenne de 4 ans ou moins », dit-il. «Vous pourrez voir beaucoup de matériel inactifs dans les véhicules à moins d’être abonné, en particulier dans les véhicules de location … même des choses de base comme les sièges chauffants pourront être activés et réinitialisés pour le prochain client lors de la revente.

C’est bon et mauvais pour le propriétaire qui achètera d’occasion, vu que beaucoup de ces fonctionnalités d’abonnement peuvent être inactives lorsqu’un client trouve une BMW de trois ou quatre ans sur le marché, il sera plus facile pour cette personne d’obtenir les fonctionnalités souhaitées. Si le premier propriétaire décidait qu’il ne valait pas la peine de payer pour CarPlay et de chauffer les sièges après un an, le second propriétaire pourra lui opter pour l’activation de ces options.

 

Evidemment, nous entrons dans un territoire inexploré. Pour exemple, le prochain plan de service d’abonnement de Volvo XC40, Care by Volvo, qui englobe à la fois, le paiement de la voiture, la maintenance, l’assurance, et d’autres «services», en un abonnement mensuel. De nombreuses autres marques de luxe expérimentent également des modèles à abonnement, ainsi qu’une gamme de services embarqués connectés autour de leurs plateformes d’info-divertissement. Au CES, nous avons appris à quel point de nombreux constructeurs se liaient à Amazon Alexa et à Google Assistant, qui fonctionnent tous deux si vous possédez le bon appareil et le service d’abonnement correspondant à ces entreprises technologiques respectives.

Ainsi, le monde connecté semble tout petit.