Le mois dernier, des informations ont émergé au sujet d’une unité secrète au sein d’Uber dédiée au vol de secrets technologiques, à la surveillance de concurrents, à l’utilisation de messages autodestructeurs et à l’évasion de régulateurs gouvernementaux. Les accusations sont venues d’un ancien membre de l’équipe de sécurité d’Uber, Ric Jacobs, dont la lettre de 37 pages détaillant tous les comportements louches d’Uber a été envoyée à la direction d’Uber plus tôt cette année. Avant aujourd’hui, seuls des extraits de la lettre ont été lus à voix haute devant un tribunal. Maintenant, une copie expurgée de la lettre est publique dans le cadre du litige en cours entre Uber et Waymo, l’unité de conduite autonome d’Alphabet.

La fameuse “lettre de Jacobs” est devenue la dernière modification dans cette affaire de grande envergure entre deux géants de la technologie sur l’avenir des voitures autonomes. Son contenu incendiaire clôt une année désastreuse pour Uber, qui a subi une série de scandales auto-infligés qui a renversé sa haute direction et a soulevé la perspective de sanctions pénales.

À première vue, la lettre de Jacobs est une description incroyablement détaillée de multiples actions illégales de la part de la compagnie de mise en relation. Il accuse que le groupe secret de services stratégiques (SSG) d’Uber « de commettre fréquemment des fraudes et des vols, et faire appel à des tiers pour obtenir des données ou des informations non autorisées.» Il accuse également les agents de sécurité d’Uber de «piratage». Et il déclare également que l’ex-PDG d’Uber, Travis Kalanick, était au courant de beaucoup de choses.

Un autre employé d’Uber, Nicholas Gicinto et SSG, ont mené des «opérations virtuelles imitant des manifestants, des chauffeurs partenaires d’Uber et des opérateurs de taxi.» Ces employés de sécurité d’Uber ont déployé beaucoup d’efforts pour cacher leurs activités de surveillance. Ils utilisaient des ordinateurs non achetés par Uber fonctionnant sur des appareils Mi-Fi, de sorte que le trafic n’apparaissait pas sur le réseau d’Uber. Ils ont également utilisé des réseaux publics virtuels et une “architecture non attribuable des services Web Amazon sous contrat” ​​pour dissimuler davantage leurs efforts, affirme Jacobs. Qui surveillaient-ils ? Jacobs dit que les objectifs du SSG incluaient “des politiciens, les régulateurs, les forces de l’ordre, les organisations de taxis, et les syndicats, dans au minimum, les Etats-Unis.”

Et puis, il y a eu l’équipe de Marketplace Analytics (Analyste de marché), nommée par hasard par Uber. Selon Jacobs, ce groupe était responsable de «l’acquisition de secrets commerciaux, de codes et d’informations concurrentielles auprès des principaux concurrents d’uber comme Lyft». Selon Jacobs, Marketplace Analytics a usurpé des données de clients et de chauffeurs sur des plateformes concurrentes, piraté des réseaux concurrents et procédé à des écoutes illégales.

L’une des sections les plus surprenantes de cette lettre, Jacobs allègue que l’équipe de surveillance d’Uber a infiltré un espace événementiel privé dans un hôtel et espionné les dirigeants d’une compagnie rivale afin qu’ils puissent observer, en temps réel, leurs réactions à la nouvelle qu’Uber avait reçu 3,5 milliards de dollars d’investissement de l’Arabie Saoudite. Cette écoute a été dirigée par l’ex-chef de la sécurité de Uber, Joe Sullivan, à la demande de Kalanick, affirme Jacobs.

Jacobs, qui a été licencié par Uber en avril, a témoigné à une audience à San Francisco fin novembre pour répondre aux questions concernant la lettre. Il a confirmé une grande partie de ce qui était écrit, mais a aussi contredit certaines des déclarations, y compris la mention spécifique de la connaissance du vol des données de Waymo. Les infirmations de Jacobs proviendraient du fait qu’il n’a pas entièrement lu la lettre avant que son équipe juridique ne l’envoie.

Uber accuse Jacobs d ‘extorsion, faisant référence à un règlement de 4,5 millions de dollars qu’il a reçu au cours de ses réclamations sur les secrets de l’entreprise. Mais le juge William Alsup, qui supervise l’affaire Waymo-Uber, a qualifié ces accusations  de “conneries”. L’apparition de la lettre, en dehors du processus juridique normal, a conduit le juge Alsup à retarder le procès devant jury. (Le procès devrait normalement débuter en février).

Uber aurait piraté des données sur ses concurrents pendant des années, recueillant des informations sur les chauffeurs, itinéraires, technologies et cadres dirigeants. Selon Gizmodo, Uber a rassemblé ces données en utilisant des systèmes de collecte automatisés qui fonctionnaient en continu, accumulant des millions de dossiers et effectuaient parfois une surveillance physique. Une source avec des connaissances a déclaré que Uber a récemment mis un terme à toute l’acquisition automatisé, mais a seulement suspendu sa pratique de collecte d’informations sur ses concurrents en utilisant des API publiques.

Jacobs revient plus en détail sur les efforts sophistiqués qu’Uber aurait employé pour perturber ses concurrents étrangers :

Ces tactiques étaient employées clandestinement à travers une architecture distribuée de serveurs anonymes, d’architecture de télécommunications et de matériel et de logiciels non attribuables. Cette configuration permet à l’équipe de Marketplace Analytics de faire des millions de requêtes de données contre des serveurs concurrents et gouvernementaux sans provoquer de signature qui alerterait les concurrents du vol. Par exemple, un concurrent sophistiqué établirait des seuils lorsqu’il verrait des appareils tenter de demander des trajets par centaines ou milliers dans un court laps de temps. Cependant, si les appels de données sont diversifiés sur ce qui semble être plusieurs périphériques et une période plus longue, les filtres ne détecteraient pas l’anomalie.

Entre-temps, le PDG actuel d’Uber, Dara Khosrowshahi, a cherché à prendre ses distances par rapport au comportement décrit dans la lettre de Jacobs avant de prendre les rênes du cofondateur Travis Kalanick, tout en reconnaissant que nombre de ces actions avaient bien mais ne seraient plus tolérées. Dans un courriel adressé au personnel le 29 novembre, Khosrowshahi a déclaré:

En ce qui concerne les accusations décrites dans la lettre de Ric Jacobs, je peux vous dire que nous n’avons pas été en mesure d’étayer chacune de ses affirmations, y compris celles relatives à Waymo. Mais je dirai aussi qu’il y en a plus qu’assez pour mériter de s’en préoccuper sérieusement. Mais laissez-moi être clair : j’ai tracé une ligne. Je ne tolérerai aucune mauvaise conduite qui a été endossée ou excusée dans le passé.

Plus tôt cette semaine, le département de la Justice des États-Unis a confirmé qu’il enquêtait sur le prétendu vol par Uber des secrets technologiques d’Alphabet. Dans une lettre adressée à Alsup, le procureur américain du district nord de Californie a déclaré avoir interrogé Jacobs dans le cadre d’une enquête en cours sur les activités prétendument illégales d’Uber.

La question, cependant, est de savoir comment Waymo essayera de convaincre un jury que la lettre de Jacob prouve ses arguments plus larges contre Uber, d’autant plus que Jacobs a refusé de soutenir certaines des revendications dans la lettre qui se rapportent à Waymo.

Le procès est centré sur le prétendu vol de milliers de documents par l’ancien ingénieur Google Véhicules Autonomes, Anthony Levandowski. Peu de temps après avoir quitté  Google,Levandowski a fondé Otto, une entreprise de camions autonomes, qui a ensuite été acquise par Uber. Les avocats de Waymo ont fait valoir qu’Uber s’était retrouvé avec ces dossiers prétendument volés et avait simplement fait passer le processus pour une acquisition. L’unité de véhicules autonomes demande 1,9 milliard de dollars de dommages et intérêts.