Les chauffeurs de véhicules électriques ou hybrides recevront un montant supplémentaire par course offert par Uber

Outre-Atlantique (US et Canada) les chauffeurs Uber qui utilisent des véhicules électriques pourront obtenir une augmentation dans le cadre d’un nouveau projet pilote. La société a lancé un vaste effort mardi pour inciter les conducteurs à abandonner leurs véhicules polluants, brûlant des combustibles fossiles en faveur de ceux plus propres, alimentés en électricité – en partie en leur offrant plus d’argent pour faire le changement.

Le géant du transport a annoncé un programme pilote d’une année pour fournir des bonus incitatifs en espèces à certains conducteurs qui utilisent des véhicules électriques ou hybrides, dans le but d’atteindre au moins 5 millions de courses au cours des 12 prochains mois. Uber ajoute également des fonctionnalités à son application pour les chauffeurs qui utilisent spécifiquement ces types de véhicules, et il s’associe avec des organismes à but non lucratif et des chercheurs UC-Davis pour découvrir de nouvelles méthodes pour que Uber et les gouvernements locaux encouragent l’utilisation de véhicules éléctriques.

« Nous voyons l’avenir face à nous », a déclaré Adam Gromis, responsable de la durabilité chez Uber, au Los Angeles Times. Il a dit que les villes se tournent de plus en plus vers le transport durable, les entreprises telles que Uber doivent renforcer leur respect de l’environnement. «À moins que nous puissions offrir une forme de mobilité plus efficace, nous ne fournirons pas une bonne solution dont les villes ont besoin. C’est pourquoi nous sommes allés dans des vélos. C’est pourquoi nous travaillons avec le transport en commun. C’est pourquoi nous nous concentrons sur l’électrification.  »

Le projet pilote se déroule dans sept villes: Austin, Los Angeles, Montréal, Sacramento, San Diego, San Francisco et Seattle. Les bonus incitatifs pour les conducteurs qui passent aux VE varieront d’une ville à l’autre.

À Sacramento, par exemple, l’entreprise publique locale, SMUD, fournit 1,25 dollar par course, dans un véhicule à zéro émission, qu’Uber arrondira à 1,50 dollar. Les chauffeurs auront également accès à la recharge gratuite du véhicule via le réseau de charge rapide. Les conducteurs de véhicules électriques hybrides rechargeables (PHEV) et de véhicules électriques à batterie (BEV) qui se déplacent à l’extérieur de la zone de couverture du service public recevront toujours 1,50 $ de bonus par course Uber.

À San Diego et à San Francisco, Uber prévoit de payer aux conducteurs de véhicules électriques et hybrides un dollar par voyage. Des bornes de recharge pour VE seront également installées dans les semaines à venir au Hub Greenlight de San Diego à Uber. Il y aura un paiement maximal de 20 $ par semaine. À Los Angeles, les conducteurs ne recevront aucun avantage financier pour les voyages en VE, mais Uber prévoit de fournir une assistance éducative.

À Pittsburgh, Uber fournira 1 $ par course pour les véhicules propres. Uber est également en pourparlers avec la Duquesne Light Company pour développer l’infrastructure de recharge à haute vitesse de la ville, qui est un problème majeur dans le centre-ville de Pittsburgh.

Il y a eu environ 4 millions de courses effectués par des conducteurs d’Uber dans des voitures électriques aux États-Unis et au Canada en 2017, indique la compagnie. L’idée d’augmenter cela à 5 millions semble donc à portée de main. L’initiative peut être vue dans le souhait plus large du désir d’Uber d’améliorer sa réputation, surtout après une année 2017 désastreuse.

La rivalité actuelle d’Uber avec Lyft est sûrement une autre incitation. Lyft a récemment annoncé un investissement de plusieurs millions de dollars pour devenir un service de transport entièrement neutre en carbone. Et ses fondateurs ont déclaré que d’ici 2025, Lyft fournira au moins 1 milliard de trajets par an en utilisant des véhicules électriques autonomes. Actuellement, il y a 100 000 conducteurs Lyft aux États-Unis qui utilisent des véhicules électriques, bien que certains conduisent probablement aussi pour Uber. Et il seraient bien que ce genre de projet pilote soit mis en place rapidement dans l’hexagone et en particulier à paris ou les véhicules propres sont au centre des préoccupations de la population et des institutions.