Uber a annoncé aujourd’hui le lancement de son offre de vélos en libre-service aux utilisateurs de San Francisco, grâce à un partenariat avec Jump, une société de vélos électriques basée à New York. L’intégration du vélo-partage dans l’application Uber boostera certainement l’industrie naissante de la bicyclette électrique qui n’a cessé d’innover les options électriques et se développer à travers le monde.

Appelé Uber Bike, les clients Uber seront en mesure de réserver des vélos JUMP au sein de l’application Uber. Pour être clair, les vélos ne seront pas livrés aux gens mais les clients devront se déplacer jusqu’à l’emplacement du vélo disponible. Un peu comme vélib actuellement à Paris.

Ce partenariat est un excellent moyen d’obtenir une clientèle beaucoup plus large sur les vélos et d’aider à comprendre les enjeux de cette façon de se déplacer », a déclaré le PDG de JUMP, Ryan Rzepecki. “Notre objectif est de mieux relier tous les quartiers de San Francisco et de fournir un moyen de transport plus abordable et plus écologique.”

C’est la première expérience d’Uber dans le jeu du partage de vélo. Il est intéressant qu’en Inde la plateforme numéro de Ride Hailing s’est étendu aussi aux bicyclettes en décembre. Appelé Ola Pedal, le service est disponible sur une poignée de campus universitaires en Inde.

Nous sommes toujours à la recherche de nouvelles alternatives pour rendre le transport abordable et plus accessible aux gens », a déclaré Andrew Salzberg, responsable de la politique et des recherches sur les transports.

Il s’avère que les vélos étaient dans l’esprit de Uber depuis un certain temps maintenant, mais il était juste question de trouver la bonne façon de le mettre en place. Avec JUMP, qui a récemment conclu une année exceptionnelle de 10 millions de dollars, Salzberg a déclaré qu’il considérait que c’était un bon point de départ.

Selon nous, il y a plusieurs modes de transport qui peuvent être mis à disposition via l’application Uber », a-t-il déclaré. «Il y a beaucoup d’endroits et de trajets qui seront probablement plus rapide et moins cher à vélo. Stratégiquement, cela a beaucoup de sens pour nous en tant qu’entreprise.

Uber et JUMP ne divulgueont pas les termes de leur partenariat, cependant celui-ci durera pendant toute la durée du contrat de 18 mois de JUMP avec la SFMTA (San Francisco Municipal Transportation Authority). Alors qu’Uber Bike n’est disponible qu’à San Francisco, Salzberg envisage d’étendre plus largement Uber Bike nationalement et internationalement.

Vous ne faites pas un projet pilote si vous n’avez pas l’espoir d’en faire une vision pour l’avenir “, a déclaré Salzberg. “Je pense que maintenant nous nous concentrons sur ce projet, c’est l’annonce en ce moment. Il y a beaucoup de raisons d’être optimiste quant à la façon dont les vélos s’intègrent dans la vision de la mobilité partagée à la demande.”

L’ajout d’une option de vélo dans l’application Uber soulève la possibilité que d’autres options de transport, comme les métros et les bus, seront également intégrées dans l’application. Avec autant d’options de voyage ces jours-ci, il y a certainement une demande parmi les consommateurs pour plus d’alternatives de transports adéquats. Les applications de navigation telles que Transit, Citymapper et Google Maps répertorient désormais les options de transport le long des itinéraires de transport en commun. Les gens veulent comparer les prix et prendre des décisions réfléchies, et il y a une course entre les entreprises à être les premières à offrir ce multi-services.